Entrepreneur à succès (Business Objects, Kiala), Denis Payre donne un tournant à sa trajectoire en lançant le mouvement politique Nous Citoyens. Il s’en explique au Journal des entreprises.

«Le mouvement Nous Citoyens est né du constat que notre pays est bloqué, incapable d’entrer dans le 21° siècle, avec comme conséquences principales : un gâchis de notre potentiel économique pourtant considérable, un chômage et une précarité massifs, des impôts pénalisants et des dettes explosives, un pessimisme généralisé, et plus grave encore, la montée des extrêmes.
Notre dépense publique est hors de contrôle et représente aujourd’hui 57 % du PIB, un quasi record du monde ! Les services publics sont en dégradation constante et génèrent de nombreux gaspillages régulièrement dénoncés par la Cour des comptes. Nos administrations pléthoriques soumettent les acteurs de l’économie à une avalanche réglementaire.

La compétitivité de nos entreprises est gravement atteinte par la multiplication des réglementations et par le poids des prélèvements. Nos entreprises sont les moins rentables d’Europe et n’ont plus les moyens d’investir pour se battre et grandir.
L’État ne fait pas confiance à la société civile et ne reconnaît pas la prise de risque, le travail et la réussite. Il est dirigé par des responsables politiques qui sont des fonctionnaires ne connaissant que le fonctionnement de l’administration, pas l’entreprise ni le reste du monde. Ce sont aussi le plus souvent des « politiques de carrière » qui minimisent la prise de risque pour assurer leur réélection et refusent d’affronter les corporatismes.

Nous Citoyens fédère les Français qui veulent engager les réformes dont notre pays a besoin. Nous allons construire un « Projet Citoyen » à travers une plateforme participative, sur des sujets prioritaires comme l’emploi, l’efficacité de la dépense publique, l’éducation ou le logement. Sans idéologie, nous sommes guidés par le bon sens et des valeurs fortes : la solidarité, la responsabilité et la confiance. Nous voulons en particulier un retour de la responsabilité dans la gestion des affaires publiques, à commencer par la création d’un environnement propice à la création de richesse pour financer nos politiques de solidarité, la tenue d’un budget à l’équilibre, un programme clair et précis de réforme lors des élections présidentielles.

Rejoints par plusieurs milliers de premiers adhérents nous devons être nombreux pour peser rapidement et obtenir de nos dirigeants politiques les réformes dont notre pays à besoin. Nous sommes prêts à prendre leur place si nous n’obtenons pas satisfaction, nous sommes structurés en mouvement politique pour cela

Consultez en ligne l’article du Journal des entreprises