Denis Payre répond aux questions d’Hervé Favre pour le quotidien régional La Voix du Nord

Retrouvez l’article en ligne sur le site de la Voix du Nord

Denis Payre: «Droite et gauche, même responsabilité»

Fondateur du mouvement « Nous citoyens », venu du monde de l’entreprise, Denis Payre est aujourd’hui à Arras pour soutenir la liste de François Desmazière et à 18 h 30 à l’hôtel Ascotel de Villeneuve-d’Ascq pour rencontrer les sympathisants de la région. Il revendique déjà 6 000 adhérents en France.

– Comment est né « Nous citoyens » ?

« L’idée est venue après la campagne présidentielle de 2012 très frustrante. On ne nous a pas parlé des vrais sujets, la dette, le chômage, l’éducation, mais de viande hallal ou du coût du permis de conduire ! En fin de campagne on a même ouvert la chasse aux boucs émissaires, l’étranger pour les uns, les riches pour les autres ! Je me suis rendu compte au fil des mois que cette frustration était partagée par beaucoup de monde. Avec chez certains la tentation de voter la prochaine fois Front national, celui qu’on n’a pas encore essayé ! J’ai voulu faire quelque chose pour redonner la parole à la société civile. »

– Les partis classiques ont perdu leur légitimité à vos yeux ?

« En tout cas, ils ont perdu beaucoup de crédibilité aux yeux des Français. Toutes les études le montrent. La défiance considérable à l’égard des politiques vient de ce qu’ils n’arrivent pas à faire entrer ce pays dans le XXIe siècle et défendent un modèle dépassé, avec un État omniprésent et une dépense publique passée de 40 % du PIB en 1974 à 57 % aujourd’hui. Ce qui m’a aussi poussé à y aller, c’est le décalage entre ce que j’ai vécu comme entrepreneur avec de belles réussites françaises et d’autre part ce taux de chômage phénoménal et cinq millions de Français sous le seuil de pauvreté. »

– Vous êtes plus près de l’UMP que du PS !

« Pour nous, droite et gauche portent la même responsabilité dans la situation catastrophique du pays, ayant exercé le pouvoir pratiquement à parité depuis 1974, première année de déficit. Sur les sujets économiques et sociaux, il n’y a pas des idées de droite ou de gauche, il n’y a que de bonnes ou mauvaises idées ! »

– Le « pacte de responsabilité » est-il une bonne idée ?

« Nous sommes enchantés de voir le virage de François Hollande dans son discours. On l’a probablement influencé. Maintenant on attend des actes, or il n’a pas été élu pour cela. Est-ce qu’il aura l’autorité politique pour réussir ? »

PROPOS RECUEILLIS PAR HERVÉ FAVRE