Le 1er Mai est considéré, en France, comme la journée de célébration des combats des travailleurs.

Pour Denis Payre, Président de Nous Citoyens : « Alors que de nombreuses usines ou entreprises ont fermé leurs portes ces derniers mois, précipitant une situation de chômage inacceptable, Nous Citoyens appelle à un réveil pour créer de nouveau des emplois en France, ce que souhaitent plus que tout les Français qui ont perdu leur travail ! Le mal français aujourd’hui est le chômage et c’est ce combat que nous devons mener, notamment pour les jeunes et les moins qualifiés ». 

La guerre déclarée au chômage implique de mener deux batailles de façon concomitante : donner du souffle aux entrepreneurs et garantir le pouvoir d’achat des salariés. L’urgence est de donner du travail aux chômeurs de longue durée dont le nombre ne cesse d’augmenter. Une forte proportion des chômeurs de longue durée reste des personnes peu qualifiées. Cela est dû aux déficiences de notre système éducatif et à la faiblesse de l’apprentissage en France. Si ces situations doivent être corrigées, il faut aussi, en parallèle, très rapidement, créer des emplois pour les nombreux travailleurs non qualifiés dont la désespérance peut alimenter les rangs des partis populistes.

Il existe un gisement très significatif d’emplois qui ne peuvent trouver une justification économique au niveau du SMIC chargé actuel, et même dans une fourchette de 0,9 à 0,8 SMIC. Pour cette raison, des emplois à faible valeur ajoutée dans la restauration ou la grande distribution ne sont pas proposés actuellement. La tendance actuelle est même de détruire ces emplois en les automatisant. Ce constat est partagé par un certain nombre d’organismes d’insertion qui ne trouvent pas de débouchés pour des personnes peu qualifiés qui désirent se réinsérer dans la société.

En revanche, si le coût pour l’employeur doit être minimisé, il est indispensable de se préoccuper du pouvoir d’achat des personnes concernées. Il faut découpler le coût pour l’entreprise de la rémunération du salarié, quitte à ce que la collectivité intervienne pour garantir un pouvoir d’achat minimum aux personnes concernées. Il est également essentiel de redonner une activité le plus rapidement possible aux chômeurs de longue durée. Retrouver un emploi c’est regagner sa dignité ; c’est commencer un processus de ré-insertion, et ne plus représenter un coût significatif pour la collectivité.

Nous Citoyens propose, dans ce cadre plusieurs pistes d’actions :

  • Concentrer les baisses de charges au niveau du SMIC, et jusqu’à maximum 1,3 SMIC, dans des proportions suffisantes pour donner naissance aux près de 800 000 emplois évalués par l’économiste Pierre Cahuc dans sa récente étude fondée sur les emplois créés par les allègements de charges en 2008 et 2009. Le gouvernement entend baisser les charges sur les salaires jusqu’à 1,6 SMIC. Cette assiette est bien trop large, pour un montant prévu de 4,5  milliards d’euro d’allègements trop faible. Un allègement total des charges jusqu’à 1,4 SMIC est un enjeux de 20 Milliards. Sans aller jusque là, il est possible d’être plus offensif et de concentrer la baisse au niveau du SMIC sans aller jusqu’à 1,6 SMIC.
  • Engager un débat sur la régionalisation du SMIC. Le coût du logement, une composante essentielle du pouvoir d’achat des salariés les plus modestes, peut varier en France de un à trois, voire quatre. Il n’est pas normal que cela ne soit pas reflété au niveau du SMIC. Cette modulation concernerait tous les salariés payés au SMIC et pas uniquement les jeunes. Une baisse du SMIC ne pourrait être envisagée que dans les zones où le coût de l’immobilier est particulièrement faible.
  • Relancer efficacement des mécanismes comme le RSA activité qui permettent de créer des activités à faible valeur ajoutée. Ces mécanismes pourraient réduire le coût pour l’entreprise à un niveau inférieur au SMIC tout en garantissant au salarié un pouvoir d’achat minimum.
  • Il faut bien sûr aussi résorber ce qui, dans le code du travail et dans le fonctionnement des prud’hommes, décourage l’embauche, sinon ces mesures seront très peu efficaces. Un travail doit également être mené sur la compétitivité globale de l’économie et sur son financement pour créer aussi des emplois à valeur ajoutée. Nous Citoyens reviendra sur ces sujets prochainement.

Contact presse – Amélie Lebreton 
01 42 60 40 44 / 06 70 60 25 30
amelie.lebreton@nouscitoyens.fr

A propos : Nous Citoyens est un mouvement citoyen politique non partisan. Le mouvement a vocation à rassembler tous les Français pour élaborer un projet politique ambitieux, proposant des réformes à mettre en place rapidement et construit autour de trois valeurs : solidarité, responsabilité et confiance. L’objectif est d’associer la société civile pour peser sur le débat public et sur les élections. Nous Citoyens a été fondé par Denis Payre, créateur d’entreprises innovantes et internationales et créateur d’emplois reconnu, et une centaine de citoyens aux profils socioprofessionnels variés en septembre 2013 et compte déjà plusieurs milliers d’adhérents.