Loi Macron, recours au 49-3 : symbole d’un gouvernement à bout de souffle

La loi Macron marque au fer la menace pesante d’une union nationale qui se délite sérieusement. L’épisode de la loi Macron, incluant les erreurs grotesques commises par Bercy en matière de communication, révèle l’incapacité du gouvernement à unir sa majorité autour de ce qu’il considère comme étant une loi majeure pour retrouver la croissance. Par conséquent, fait inquiétant, l’enjeu du gouvernement ne réside plus dans le devoir de préservation de l’unité nationale, mais celui de l’unité de sa propre majorité.

Manuel Valls a affirmé au sein de l’hémicycle que l’article 49-3 de la constitution sera utilisé pour faire passer la loi Macron. Or François Hollande s’était pourtant fermement engagé sur le fait qu’il n’aurait jamais, au cours de son mandat, recours à cet article, considérant qu’il représentait « une brutalité, un déni de démocratie ». Cela démontre que le président et son gouvernement se trouvent dans l’incapacité flagrante de pouvoir tenir ses engagements, et de respecter une ligne politique déterminée.

Cet épisode encourage, une nouvelle fois, les Français à ne plus avoir confiance en ceux pour qui ils votent, et choisissent ainsi, souvent par dépit, de s’orienter vers les extrêmes. Les Français se sentent consternés face à un désordre ambiant, et à une incompréhension justifiée en matière de décisions politiques. Redonnons leur l’espoir d’une politique meilleure, alternative et crédible, dont la voix émane directement de la société civile : Nous Citoyens oeuvre au quotidien pour permettre aux citoyens français de croire encore au redressement de notre pays, à travers trois ruptures fortes d’avenir.