Chers adhérents, chers sympathisants,

Notre mouvement ne peut être que sensible à une journée aussi symbolique que le 14 juillet, à la fois symbole de la lutte des citoyens pour l’émancipation et la construction d’un vivre ensemble démocratique et symbole de la réconciliation l’année suivant la prise de la Bastille, lors de la Fête de la Fédération le 14 juillet 1790 !

A la suite de ces événements, la France a porté un immense message de liberté et d’humanisme dans le monde entier, jetant les bases de la démocratie moderne au travers de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Le peuple français, peuple à part, a construit, partagé, défendu sa vision du monde, a porté un projet unificateur et difficile parce qu’il bouleversait l’ordre du monde.

Que reste-t-il de cet élan ? Que reste-t-il de cette grandeur ? La République aujourd’hui est confisquée par une nouvelle caste de privilégiés dont le seul objectif est son auto-reproduction. La République aujourd’hui est fragilisée par une crise de sens qui laisse nombre de ses enfants sur le bord du chemin et ne propose plus de projet fédérateur. La République aujourd’hui est ébranlée par un risque d’explosion sociale, résultat d’une fracture longtemps commentée mais qui semble être restée loin des préoccupations de nos élites. La République aujourd’hui est menacée par une perte de souveraineté sans précédent en temps de paix à cause d’un endettement hors de contrôle.

Nous venons en effet d’assister ces derniers jours au triste spectacle d’un peuple qui a perdu sa souveraineté, avec un gouvernement qui doit accepter de baisser ses plus petites retraites et de mettre en gage certains de ses actifs les plus précieux pour pouvoir continuer à boucler la paye de ses fonctionnaires, alimenter ses hôpitaux en médicaments, faire fonctionner ses banques et son économie, et éviter tout simplement de sombrer dans la guerre civile ou de subir un coup d’Etat militaire. Ce pays c’est bien sûr la Grèce dont la classe politique depuis plus de 15 ans a choisi les facilités que lui offraient l’Euro en s’endettant sans limite, en augmentant de façon inconsidérée le nombre de ses fonctionnaires et leur salaires, en choisissant le clientélisme et la démagogie, en fermant les yeux sur la corruption et l’inefficacité de son administration. Le peuple Grec subit aujourd’hui les conséquences de ces multiples renoncements. Il a fait preuve d’ignorance pour beaucoup, mais aussi d’une grande passivité pour un grand nombre qui doivent certainement le regretter aujourd’hui.

La France n’est pas la Grèce, elle a une économie certes fragilisée par une gestion irresponsable du pays depuis près de 40 ans, mais elle a une économie diversifiée et intégrée au monde, elle a une administration capable de collecter l’impôt, un des rares domaines d’excellence dont elle use et abuse depuis plusieurs années, ce qui ne nous réjouit pas évidemment. Mais elle risque, comme la Grèce, de se heurter un jour au mur de la dette. En ce jour de Fête Nationale, nous formulons le vœux que nous ne serons pas un jour dans le situation d’un certain nombre de Grecs qui regrettent amèrement aujourd’hui d’être restés passifs, de ne pas avoir eu la force de caractère ni le courage de nous lever pour exiger que des réformes courageuses et incontournables soient mises en œuvre avant que la pression des créanciers du pays ne devienne insupportable.

Car la France garde en sommeil, aujourd’hui étouffés, de formidables talents qu’il ne tient qu’à chacun de nous de mettre en valeur et d’exploiter. La France est une surdouée qui s’ignore et attend le réveil citoyen, le sursaut patriotique qui lui redonnera son rang et sa grandeur dans le concert des nations.

L’ambition de Nous Citoyens consiste à mobiliser les énergies citoyennes pour construire ce nouveau projet pour notre pays et pour l’Europe, contraindre nos politiques à plus de courage pour mettre enfin en œuvre les réformes essentielles pour sortir du marasme dans lequel 40 ans de paresse et de couardise politique nous ont plongés.

Comme nous nous y sommes engagés, la refonte des statuts est en cours et de nouveaux statuts devraient être votés par tous les adhérents au début du dernier trimestre 2015. Le travail des commissions sera relancé après l’été, avec des modalités plus efficaces et plus participatives. Une nouvelle gouvernance régionale sera proposée au Comité des Régions du 29 juillet pour nous caler sur les 13 nouvelles régions. Dans ce cadre et dès maintenant, nous avons demandé à 5 Délégués Régionaux de ne plus exercer cette mission car leurs comportements n’étaient plus en phase avec l’esprit de la Charte du mouvement. Notre équipe est désormais plus homogène en terme de valeurs pour retrouver l’ADN de notre mouvement.

Selon les principes de notre Charte d’engagement, Nous Citoyens se remet en ordre de marche pour devenir incontournable dans le paysage politique français, et donner à chaque citoyen la possibilité de s’engager dans un mouvement moderne, démocratique, véritable alternative aux partis traditionnels, différent par ses objectifs et par ses modes de fonctionnement.

Le 14 juillet reste le symbole de la fierté nationale. Bonne Fête Nationale à tous !

Denis Payre Eric Delannoy
Président par intérim Vice président