SBlondel NCitoyens

Chacun se souviendra où il était durant cette effroyable soirée d’attentats à Paris. Sylvain Blondel, tête de liste du mouvement politique  » Nous Citoyens  » dans la région Nord Pas-de-Calais Picardie, organisait un café/Citoyen au sein de l’établissement le Président-Place d’Armes, à Valenciennes, ce vendredi 13 novembre vers 18H… !

Jeune mais fort du quotidien

Fondé il y a 3 ans seulement,  » Nous Citoyens  » prend place au fil des mois dans le paysage politique français pourtant ô combien corseté. Pour cette élection régionale inédite par ses enjeux politiques et son redécoupage administratif,  » Nous Citoyens  » a répondu présent malgré un défi de taille.  » Nous avons 180 colistiers de la société civile. Aucun politique professionnel n’est présent sur cette liste mis à part quelques élus dans des conseils communaux « , souligne la tête de liste, Sylvain Blondel.

Sur les 5 départements, le Valenciennois est bien représenté avec en 6ème position, Anne Grubar :  » C’est mon premier engagement même si je suis intéressée par la politique depuis longtemps. Je n’ai pas, ou plus, trouvé de réponses satisfaisantes dans les partis existants.  » Nous Citoyens  » est une troisième voix attendue et espérée par les français « , explique cette candidate déterminée.

L’autre caractéristique est que ce  » mouvement politique et pas parti « , revendique-t-elle, est sans étiquette. Ni de droite, ni de gauche, un adage bousculant cette dichotomie si ancrée dans les pratiques et les esprits. Cet état de fait empêche souvent  » Nous Citoyens  » d’accéder à la lumière médiatique, aux plateaux de télévisions, aux émissions politiques sur les ondes radios… l’affichage public est impitoyable lorsque le manque de lumière se fait sentir.

Pour autant, ce mouvement citoyen se présente dans 3 régions dont le Nord Pas-de-Calais Picardie. Il veut incarner une vision moderne de la pratique politique. Loin de se démonter, Denis Payre, le président fondateur avait indiqué, dès le début, que cette dynamique s’inscrivait dans la durée. Si l’objectif est de voir tomber les cloisons entre les courants politiques, il ne faut pas être grand clerc pour deviner que les lignes bougent et indépendamment des attentats du vendredi 13 novembre. Le fruit est presque mûr tant les populations sont lasses des parcours politiques, des professionnels de l’indemnité, des carrières à tout prix et surtout acceptant tous les compromis, la mouvance politique durant ces élections régionales constitue un fabuleux exemple.

La réalité comme programme

Comme la plupart des listes en course, l’emploi est au coeur du programme. L’accent est porté sur une dynamique économique, sur des infrastructures liées à l’innovation et sur les relocalisations, Bien sûr, la 3ème révolution industrielle est également une nouvelle piste économique.

Ensuite, «  l’apprentissage et la formation sont des compétences majeures de la région. Il faut accentuer et soutenir les dispositifs en place alors que les CFA sont remplis à 60% seulement « , souligne Sylvain Blondel.

«  Un euro dépensé = un euro utile « , tel est le slogan d’une gestion responsable et on comprend un euro utile… au citoyen et pas à l’élu, faut-il encore le préciser !  » Il n’y aura pas d’augmentation de la fiscalité avec une gestion saine de l’argent public. Il faudra clairement réduire la voilure et faire mieux avec moins « , explique la tête de liste Nord Pas-de-Calais Picardie.

Mais encore, ce mouvement politique s’attache aux sujets concrets et épineux des déserts médicaux, de la fracture numérique et de la désertification rurale. En la matière, il faut des idées et de l’engagement sur chaque thème car une gestion saine ne doit pas se transformer en un guichet administratif. Il faut oser, anticiper et servir le citoyen dont le bulletin de vote est un appel à l’initiative et à l’action constructive.

Voilà très succinctement une candidature, certes minoritaire, mais dont les contours se dessinent dans le quotidien des français beaucoup plus lucides que l’on veut bien le dire.

Alors avant que le peuple ne choisisse un jour de remplacer les élus par des techniciens face à cette irrespirable tension politique française ; une autre voix dépourvue de sectarisme,  » Nous Citoyens  » ou autre parti régit par la gouvernance du bon sens collectif, est possible. Ceux qui en doutent ne regardent pas les scores, l’abstention, un vote majoritaire par défaut et pour l’heure, la classe politique vit encore sur ses acquis, ses convictions et ses préjugés. Il est temps que la roue tourne ! www.nouscitoyens.fr

Daniel Carlier

>> Consulter l’article sur VA – infos