1880426324_B977230008Z.1_20151202184138_000_GI75NRVB9.1-0
De gauche à droite : Chantal Cousin, Olivier Fauchille, Josette Dautriche (tête de liste Pas-de-Calais), Sylvain Blondel, Éric Delannoy, Roxanne Grioche et Nicolas Tchidemian

 
À quelques jours du premier tour des régionales, le mouvement « Nous citoyens » a tenu ce mardi une réunion publique à Lambersart. L’occasion pour la tête de liste du Nord Sylvain Blondel, et pour les candidats locaux, de marteler encore et toujours leur singularité par rapport aux poids lourds, en prévision de l’élection présidentielle en 2017.
 
Alors qu’un des derniers sondages les crédite d’un score autour d’1 % (BVA du 29 novembre), la liste Nous citoyens du Nord continue de se poser comme la « seule alternative crédible » au Front national. « Il ne faut pas croire les sondages, il ne faut croire que nous », a exhorté Sylvain Blondel, jeune (35 ans) tête de liste dans le Nord. Enthousiasme que partage le délégué Nord Nicolas Tchidemian : « La vague citoyenne est colossale et inéluctable. Ce sera très compliqué de nous arrêter. »
 
« Nous pouvons être la quatrième force politique française »
L’obstacle du premier tour des élections pourrait pourtant se révéler fatal au mouvement qui, d’ailleurs, se positionne déjà en vue de la présidentielle. Éric Delannoy, vice-président national, ne s’en cache pas : les régionales constituent une étape. « En 2017, notre objectif est d’atteindre les 50 000 adhérents. Nous pouvons être la quatrième force politique française. » « Les régionales, ça nous sert à dire : on arrive ! », reprend Sylvain Blondel.
 
Nous citoyens, fondé en 2013, envisage son engagement comme une rébellion contre les politiques professionnels et leur « dérive morale », comme la juge Chantal Cousin, Lambersartoise en 4e position sur la liste du Nord. « On est là pour renverser la table », renchérit Christophe Gaquière, de Verlinghem (21e). Ce qu’Éric Delannoy traduit par la volonté de rompre avec « la stratégie de la paresse » entretenue par les gouvernements successifs, coupables à ses yeux de ne pas avoir lancé les « réformes douloureuses » nécessaires. Or, ajoute-il, il s’agit de « libérer les freins à la création de richesses ».
 
Rationaliser le budget régional
 
Au-delà de ces mots d’ordre nationaux, Nous citoyens entend rationaliser le budget de la Région, en réduisant les dépenses de fonctionnement, et la politique d’apprentissage, en offrant plus de visibilité aux artisans. Contrairement à Xavier Bertrand, argumente Sylvain Blondel, « nous nous consacrerons pleinement à la Région » (référence aux mandats du maire de Saint-Quentin et à sa candidature aux primaires de son parti).
Face au candidat LR et face au FN, dont « les solutions faciles et le repli sur soi » ne constituent pas une politique (Éric Delannoy), Nous citoyens ambitionne d’offrir un visage plus neuf et plus pragmatique à la politique régionale.
 
Les autres candidats de la 4e circonscription : Olivier Fauchille (5e), Catherine Tierny (14e), Souad Achouri (72e) et Valérie Cousin (76e), de Lambersart ; Christophe Gaquière (21e) et Myriam Dufour-Pollez (24e), de Verlinghem ; Monique Zanniez (70e) et Éric Arduin (17e), de Pérenchies.

>> Cliquez pour accéder à l’article sur laVoixduNord.fr