>> Accéder à la pétition en ligne

Madame la Présidente,

Ce sont près de 23000 citoyens « bourguicomtois » qui ont signé une pétition en ligne en quelques semaines pour vous demander de revenir sur l’augmentation de 20% des indemnités versées à chacune et chacun des 100 conseillers régionaux.

Face à cette réaction qui est révélatrice de la forte exigence d’exemplarité des citoyens de notre région envers leurs élus, vous avez maintenu votre décision, la justifiant par des raisons extérieures :

C’est la loi Notre, disiez-vous, qui vous obligeait à augmenter les indemnités sans préciser que la loi, si elle fixe un plafond, permet aussi d’en réduire le montant.

C’est la dimension de la région, ajoutiez-vous, qui va imposer de longs trajets en voiture « entre Sens et Belfort » (sic) aux nouveaux conseillers régionaux sans préciser, là encore, que les frais de déplacements sont pris en charge indépendamment des indemnités des élus.

C’est l’impossibilité de cumuler plusieurs mandats, terminiez-vous enfin, qui privait certains élus d’anciennes indemnités. Il était donc logique d’augmenter l’indemnité régionale pour maintenir le pouvoir d’achat des conseillers.

Ces 3 raisons, au demeurant sans fondement, ont été trois erreurs majeures qui vous disqualifient définitivement, vous et votre majorité.

Vous avez démontré que vous n’étiez pas solidaire. Alors que près de 10 millions de nos compatriotes sont sans emploi ou des travailleurs pauvres, que le pouvoir d’achat des retraités ne cesse de se détériorer, vous augmentez le vôtre de 20%.

Vous avez démontré que vous n’étiez pas responsable. Les contraintes budgétaires imposent, comme dans une entreprise qui voit son chiffre d’affaires baisser, de baisser les coûts. Dans une PME, cette baisse des coûts passe prioritairement par une baisse de la rémunération des dirigeants.

Vous avez démontré que les citoyens ne peuvent plus faire confiance à une classe politique qui met les doigts dans le pot de confiture depuis plus de 40 ans.

Alors oui, Madame la Présidente, je réitère ma demande faite au cours de l’émission « la voix est libre » il y a quelques semaines, d’annuler cette décision inique lors de votre prochaine assemblée plénière du 18 mars.

Dans l’attente de votre réponse, veuillez agréer Madame la Présidente, l’expression de mes respectueuses salutations.

Yves QUEMENEUR

Délégué régional NOUS CITOYENS Bourgogne Franche Comté