Lire la tribune dans le Huffington Post

A l’aube de l’élection présidentielle, voilà que notre souverain « Moi Président » sombre dans la cuisine électorale. Son objectif: changer « les règles du jeu » pendant qu’il en a encore le temps.

Pour ce faire, deux textes ont été déposés, l’un découlant directement de l’article 6 de la Constitution, relatif à l’élection du président de la République: c’est la proposition de loi organique, l’autre portant sur des dispositions législatives simples: c’est la proposition de loi ordinaire (en savoir plus en vidéo).

Notre Président prépare sa réélection avec cynisme et désinvolture!

Peuple de France ne vous y trompez pas, il s’agit bien, par-delà la montée inexorable du chômage, de mépriser un peu plus les électeurs que nous sommes. Bien sûr lors de chaque élection présidentielle, des voix s’élèvent à propos du système des « parrainages », sur les contraintes imposées aux médias audiovisuels ou encore sur la pertinence des règles sur les sondages. Mais notre Président prépare sa réélection avec cynisme et désinvolture!

En substance, ces deux textes proposent entre autres la publication intégrale de la liste des élus ayant présenté un candidat, la modification de l’accès aux médias audiovisuels des candidats en substituant un pseudo principe d’équité à l’actuelle règle d’égalité des temps de parole des candidats. Pire encore, elle oblige les élus eux-mêmes à transmettre par courrier la déclaration de parrainage au Conseil Constitutionnel.

Alors même que notre pays connaît un déficit de renouvellement des élites politiques

Alors oui! Ne vous y trompez pas! il s’agit bien d’une remise en cause effective du principe d’égalité de traitement des futurs candidats, fragilisant un peu plus l’expression du pluralisme des partis politiques et notamment des mouvements citoyens. Alors que notre pays connaît toujours un déficit de renouvellement des élites politiques et de la diversité d’idées dans le débat public, la réforme qui nous est présentée risque de favoriser les candidats les plus connus, les mieux installés, et ceux qui disposent déjà d’une forte attention de la part des médias.

Ainsi, au lieu de vivifier la démocratie, « Moi Président » décide discrètement de porter atteinte aux garanties électorales de l’élection présidentielle et par suite de fausser notre débat politique désormais beaucoup moins ouvert, beaucoup moins sincère, beaucoup moins juste.

Citoyens, l’heure de la révolte a sonné, notre expression démocratique est en danger, et notre président, au lieu d’inspirer la confiance du plus grand nombre par des réformes appropriées pour réduire le chômage, préfère investir son temps dans une manipulation électorale à un an de l’échéance.

Au lieu de vivifier la démocratie, « Moi Président » décide de porter atteinte aux garanties électorales

Oui! Ouvrons les yeux! Ces gesticulations sonnent le glas de notre future élection présidentielle, sonnent le glas des valeurs de la République et de la légitimité démocratique du futur président, sonnent comme un coup de poignard dans le dos de la démocratie citoyenne…

Le temps du combat est venu pour que vive la démocratie citoyenne, pour que vive la République des citoyens! Avec Nous Citoyens!

Nicolas Doucerain,
Président de Nous Citoyens