CfvrFgfWwAAC46P

>> Cliquez pour pouvoir voir l’article en entier sur 20 Minutes

Depuis le 31 mars, ils sont des milliers à passer leur « Nuit debout » à Paris et en régions. Ces citoyens ont décidé d’occuper l’espace public « pour reprendre [leur] place dans la République » : « La politique n’est pas une affaire de professionnels, c’est l’affaire de tous », expliquent-ils sur leur site Internet.

C’est dans ce contexte que plusieurs autres mouvements citoyens – Cap 21, La Transition, Bleu Blanc Zèbre, Génération Citoyens et Nous Citoyens – ont décidé « de se rassembler » et de présenter ce lundi « une initiative forte ». Leur propos est sensiblement le même que celui porté par Nuit debout : « Le peuple doit être en capacité de reprendre le pouvoir à des gens qui ne lui ressemblent pas et qui finalement ne le représentent plus », expliquent-ils dans un communiqué.

« Désigner le meilleur représentant de la Nation »

Mais leur ambition est différente : alors que Nuit debout se vit comme une vaste agora sans leader, ces mouvements plus structurés ont clairement en ligne de mire la prochaine présidentielle, qui se tiendra dans un an. Dans leur communiqué, ils affirment vouloir « rendre à l’élection présidentielle son sens premier et son ambition initiale : désigner le meilleur représentant de la Nation ».

Ces mouvements rêvent d’un nouveau cap et les citoyens semblent l’appeler eux aussi de leurs vœux. En tout cas si l’on en croit les enquêtes d’opinion qui se suivent et se ressemblent : toutes mettent en avant la défiance du peuple à l’égard de ses élites politiques.

La dernière en date, réalisée par Harris Interactive à la demande du mouvement Nous citoyens (1), et dévoilée en exclusivité par 20 Minutes, ne dit pas autre chose : près de neuf Français sur dix estiment qu’un renouvellement du personnel politique est nécessaire au niveau des institutions européennes (87 %), du parlement (89 %) et de l’exécutif (90 %).

(1) L’enquête a été réalisée par Hardis Interactive pour Nous Citoyens en ligne du 7 au 8 avril 2016, auprès d’un échantillon de 1 060 personnes représentatif des Français âgés de 18 ans et plus, sélectionné selon la méthode des quotas.