Et pourquoi ?

En ce 8 mars, journée de la femme, les articles de presse fleurissent sur le sujet. Je me suis attardée sur celui d’Anne-Aël Durand dans le Monde.fr/les décodeurs d’hier. Quelques chiffres :

En France, 122 femmes tuées en 2015 par leur conjoint ; Près d’une femme tuée tous les 3 jours. C’est assourdissant, ahurissant. Comment est-ce possible, comment ces drames peuvent-ils encore se produire en France aujourd’hui ? Qu’avons-nous laissé passer pour qu’une telle violence se produise ? L’attention à l’autre, le respect, voilà des valeurs à défendre, coûte que coûte.

84% de femmes dans les familles monoparentales, avec un revenu de vie inférieur de 24% à leurs homologues masculins. Je suis admirative de ces femmes, héros au quotidien, qui assument tout : travailler pour subvenir aux besoins de la famille, éduquer leurs enfants, suivre leur scolarité, prévoir les rendez-vous chez le médecin, les courses, le ménage…la liste est longue ! Ces femmes, nous ne les entendons pas. Elles assument avec courage leurs multiples rôles. Nous pourrions imaginer une entraide locale par exemple d’aide aux devoirs à l’école par des personnes retraités ou des jeunes du service civique, des co-voiturages qui leurs simplifieraient la vie, des baby-sitters pour qu’elles puissent se rendre aux réunions de parents proposées par l’école… Il existe déjà des dispositifs, et c’est tant mieux, mais alors, ce qui fonctionne, développons-le. C’est un vrai choix politique que d’aider ces familles monoparentales.

Pas assez de femmes en politique, seulement 26,2% de femmes à l’assemblée nationale. En parallèle, les femmes consacrent en moyenne par jour 4h38 aux tâches familiales, soit deux fois plus que leurs conjoints. Pas besoin de sortir d’un BAC + 12 pour comprendre où se situe le problème ! Tant que les tâches ménagères et l’éducation des enfants ne seront pas réparties à égalité entre les deux parents, les femmes auront plus de mal de façon générale à s’investir dans la vie politique ou à briguer des postes à responsabilité dans l’entreprise. L’école a très certainement un rôle à jouer dans ce domaine, ainsi que les parents !

Vous êtes à l’initiative d’actions concrètes sur ces sujets ? Vous connaissez des actions locales qui pourraient être partagées ? Écrivez à  equipe@nouscitoyens.fr.

« Expérimenter et généraliser les bonnes pratiques identifiées » est un de nos principes d’action de notre charte d’engagement politique.

Marielle Desmules