Nous voulons une Europe populaire

Aujourd’hui l’Union Européenne a 60 ans. La France, l’Allemagne, l’Italie, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg fêtent ainsi leurs noces de diamant, et les nombreux pays qui ont épousé cette idée d’une Europe unie aspirent à atteindre, puis dépasser ce cap si symbolique. A l’instar du diamant, cette union doit être polie afin de lui donner un plus grand éclat.

Malheureusement, force est de constater que l’Europe est encore imparfaite. Pis, elle semble stagner voire régresser sur certains points, et seul le Peuple Européen peut poursuivre ce travail, afin de lui redonner une place de choix sur le plan international. Nous, citoyens européens souhaitons une Union populaire mieux représentée, dynamique et à l’écoute de nos attentes. Ainsi, dans le but de répondre à ces différents souhaits, nous proposons trois idées fortes : l’élection d’un Président européen, l’amélioration du programme « Erasmus + » et l’ouverture des médias au débat politique européen.

Il semble primordial de simplifier et réformer la représentation de l’Union Européenne, en soumettant plusieurs candidats à la Présidence de l’Europe au vote du Parlement européen, seul organe composé d’élus populaires. L’objectif étant de donner plus de visibilité à ce Président élu, et de lui permettre de transmettre d’une seule et même voix les messages du Peuple Européen. La création de cette fonction verra disparaître le Conseil des ministres, ainsi que sa présidence tournante, complexe et peu propice à l’application de réformes de fond. Nous imaginons également qu’à terme ce Président européen pourra être élu au suffrage universel direct.

Notre deuxième proposition concerne le meilleur financement du programme « Erasmus + », qui permet aujourd’hui à des dizaines de milliers de jeunes de se déplacer à travers l’Europe, et ainsi de découvrir d’autres cultures tout en renforçant l’amitié entre nos pays. Si l’Union Européenne fête ses 60 ans, ce programme célèbre quant à lui ses 30 ans. Son bilan est excellent puisque près de 4 millions de personnes, principalement des étudiants, ont pu en bénéficier. Mais l’on ne doit pas s’en satisfaire pour autant. Ce programme doit être ouvert à un public plus diversifié (professeurs, étudiants, chercheurs, etc.), et renforcer l’apprentissage des langues, l’intégration européenne, la formation professionnelle et l’innovation. « Erasmus + » permet d’uniformiser les cursus scolaires et ainsi de permettre à de nombreux étudiants de pouvoir travailler à l’étranger comme en France. Il permettra également de créer des pôles d’innovation qui regrouperont des élèves venant de divers horizons, dans le but de créer les start up de demain et de relancer la croissance de l’Europe. Enfin, il est intéressant de noter que malgré le Brexit, la Grande-Bretagne ne souhaite pas quitter cet ambitieux programme.

La troisième et dernière proposition de Nous Citoyens pour rendre l’Europe plus populaire vise à ouvrir nos médias nationaux au débat politique européen. Les citoyens européens sont tenus à l’écart des sujets qui sont débattus au Parlement européen, à cause du manque d’information et de couverture médiatique de ces derniers. Ainsi il n’est pas étonnant de voir que l’abstention atteint des niveaux record lors des élections européennes. Nous proposons d’augmenter le temps de parole des représentants européens dans les médias nationaux, ainsi que l’organisation et la retransmission de débats de fond ayant trait à la politique européenne, car celle-ci nous concerne tous.

 

Voici trois propositions, trois pistes de réflexion qui méritent d’être débattues ensemble. Elles permettront de renforcer la visibilité de l’Europe, de resserrer les liens qui unissent ses peuples, de relancer une croissance en berne et de rendre les enjeux de sa politique plus accessible aux électeurs. C’est à nous, citoyens européens,  de la faire progresser et de préparer au mieux nos noces de platine.

 

Paul Le Sénéchal

Agé de 23 ans, acheteur dans une entreprise de BTP suite à cinq années d’études en école de commerce, j’ai adhéré au mouvement Nous Citoyens en 2013 lors de sa création, pour ses valeurs et ses idées novatrices et profondément sincères. Il appartient à la jeunesse de rénover la France et l’Europe.

http://www.lemonde.fr/campus/article/2017/01/03/programme-erasmus-quel-bilan_5057092_4401467.html