taxons les entreprises qui payent trop leurs patrons

pigeonvoyageur
pigeonvoyageur

le 12/12/2018 à 21:36 Citer ce message

Si on ne peut empêcher un conseil d'administration de décider du salaire de son patron , on peut estimer que celles qui les paient trop ont les moyens de payer plus d'impôts.
Commençons par calculer ce qui est "trop" : salaire moyen de ses employés x nombre d'employé x coef correcteur = salaire annuel ou plus bas salaire de l'entreprises par nombre de salariés
(je propose nombre de salariés par ce que c'est un bon moyen de mesurer les responsabilité dudit patron - masse salariale pour compenser les temps partiels et inciter à augmenter les salaires pour aussi s'augmenter)
autre taxe si le salaires des principaux dirigeants augment d'un pourcentage diffèrent de celui de l'ensemble de la masse salariale

j'estime que le comité des rémunérations qui essaiera de l'ignorer devra prendre sur la part des actionnaires pour rémunérer le patron et cela aidera à rester raisonnable

de telle taxe ne rapporterons peut-être pas tant , mais contribueront à diminuer le sentiment d'injustice
Jeff
Jeff

le 13/12/2018 à 00:28 Citer ce message

Il faudrait avant tout que l'impôt, pour qu'il soit juste, soit d'un même taux de taxation pour tous.
Que l'on gagne le SMIC ou que l'on soit dans une tranche 10 fois supérieure, si le taux est de 30 % il sera acceptable pour chacun car tout le monde contribuera en fonction de ses moyens.
1227 € net / mois x 30 % = 368.10 € d'impôt pour un smicard
disons 3500 € / mois x 30 % = 1050 € d'impôt pour un cadre
disons 8000 e / mois x 30 % = 2400 € d'impôt pour un cadre supérieur

Celà sera équitable pour tous, et si tous le monde paie l'impôt tout le monde aura le sentiment de contribuer !
SADOUL
SADOUL

le 13/12/2018 à 09:18 Citer ce message

Je partage le point de vue de Jeff. Ce sont aux actionnaires de décider de la rémunération du dirigeant. si il possède la majorité du capital de la société...C'est à lui de gérer son entreprise comme il l'entend!
Le meilleur système de taxation est la "flat tax". Impôt directement proportionnel. Ceci nous fait revernir à ce qui est écrit dans la déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen de 1789. C'est suffisant.
L'impôt progressif est nuisible au développement du pays et donc à l'accroissement des richesses ...à partager car il décourage les entrepreneurs.
C'est tellement vrai qu'on vient de remettre en place la détaxation des heures supplémentaires ce qui correspond à un impôt dégressif pour compenser l'impôt progressif....Soit une belle usine à gaz dont nous sommes si "friands"
BC55
BC55

le 06/01/2019 à 17:32 Citer ce message

Tout d'abord, il faut dire que les sociétés privés françaises payent déjà beaucoup d'impôts et taxes en tout cas plus qu'ailleurs. Rajouter une taxe supplémentaire n'aidera pas au développement des sociétés en France et donc encore moins de l'emploi. C'est aux actionnaires privés, propriétaires de l'entreprise, de décider combien ils doivent rémunérer leurs salariés dirigeants. Cependant dans le cas de sociétés comme les sociétés du cac 40 ou d'autres, il y a une multitude d'actionnaires qui possède peu d'actions et des fonds français ou étrangers. En conséquence beaucoup de petits actionnaires ne votent pas et surtout n'ont pas forcément tous les éléments pour apprécier la rémunération des dirigeants proposée par le comité des rémunérations. Les fonds envoient ou pas leurs gestionnaires de compte aux AG qui restent très passifs. Il devrait y avoir des organismes de conseils indépendants qui les aident à ce faire une opinion. Le journal INVESTIR proposent depuis un an des consignes de vote et de voter à la place des actionnaires lorsqu'ils le souhaitent.
Il y a peut être un sentiment d'injustice face à certaines rémunérations de dirigeants salariés de sociétés privées. ce n'est pas mon cas sauf dans le cas d'abus comme cela s'est vu chez quelques sociétés. Les patrons salariés s'arrangeaient pour s'octroyer des actions gratuites et stock options pour des montants qui effectivement lésés les autres actionnaires et donc aussi les autres salariés. Par expérience il y a peu d'abus dans les sociétés détenus majoritairement par le créateur ou la famille du créateur. La famille veille au grain. Dans le cas où c'est le créateur le patron, très généralement il s'attribue des montant de salaires raisonnable préférant voir les fonds propres de son entreprise augmenter pour le bien de tous, de la croissance et de la pérennité de l'entreprise.
Je reconnais que je connais un sentiment d'injustice et de colère lorsque je m'aperçois que les sociétés du paritarisme, les sociétés de l'économie sociale et solidaire et les sociétés de service public paient leurs dirigeants et leurs salariés avec des sommes qui ne correspondent pas à leurs compétences et responsabilités. Ils reçoivent chaque année des centaines de millions de subventions voire des milliards en provenance de nos impôts pour dans beaucoup de cas très peu d'efficacité. (Pôle emploi, SNCF, EDF, AREVA, HLM, HLI, groupe SOS, ...).
SADOUL
SADOUL

le 06/01/2019 à 19:22 Citer ce message

Oui, tout dépend des sociétés: Il faut se méfier du "crony capitalism" ( ou capitalisme de connivence entre les dirigeants de l'Etat - Berçy - et quelques sociétés du CAC 40 dont l'Etat est actionnaire. Cf. l'opération d'achat revente d'actions au moment de l'AG chez RENAULT en 2018; c'est stupéfiant d'iniquité!
Je ne serais pas surpris que NISSAN et les japonais s'en souviennent et règle son compte à l'Etat français via le dirigeant C.GOSN.

Répondre à ce message