la Necesite ecologique

archi64
archi64

le 12/02/2019 à 19:44 Citer ce message

Comment finance-t-on la transition écologique : par l’impôt, par les taxes et qui doit être concerné en priorité ?
Comment rend-on les solutions concrètes accessibles à tous, par exemple pour remplacer sa vieille chaudière ou sa vieille voiture ? Quelles sont les solutions les plus simples et les plus supportables sur un plan financier ?
Quelles sont les solutions pour se déplacer, se loger, se chauffer, se nourrir qui doivent être conçues plutôt au niveau local que national ? Quelles propositions concrètes feriez-vous pour accélérer notre transition environnementale ?
Comment devons-nous garantir scientifiquement les choix que nous devons faire à cet égard ? Comment faire partager ces choix à l’échelon européen et international pour que nos agriculteurs et nos industriels ne soient pas pénalisés par rapport à leurs concurrents étrangers ?
Dans un principe de responsabilite , la transition ecologique n'est pas une action A FINANCER,
la transition -rapide- ecologique doit etre LA contrainte de TOUT.
Aujourd’hui,une tres grande part de la population ,de nos elus et des corps intermediaires ne croit absolument pas à cette urgence.
Cette prise de conscience doit passer par un choc assumé (largement superieur aux taxes complementaires sur le diesel qui viennent pourtant de provoquer une presque revolution populaire :5 €/litre de tous les carburants et tous les dechets payants au poids.
Inscrite dans la constitution, aucune action ne pourrait etre permise si elle ne reponds pas à cet imperatif.
Toute consommation de ressources non renouvelable dans la production ,doit etre facturée par l'etat à un prix élevé , puisqu’iremplaçable ( c’est-à-dire au prix rééls que sa « disparition » coute à l’humanité selon des baremes établis par des organismes independants ).
Toute pollution dans la production ,doit etre facturée par l'etat à son juste prix, c’est-à-dire au prix rééls que sa «reparation » coute à l’humanité.

La fabrication de tous les produits se trouvera renchérit d’autant plus que sa production est consommatrice de ressources non renouvelables et polluantes.
La consommation de tous les produits se trouvera rencherit d’autant plus que sa production est eloignée de son point de production.
On rentrerait alors dans un cercle vertueux qui pousserait à produire « verts » et à consommer en circuits courts

La problematique de la concurrence internationale est une fausse excuse, parce qu'il est dedaigneux de penser que les autres societes ne sont pas aussi motivées que nous pour l'urgence environnementale;
Restera le differentiel « social » lié aux salaires de production, qui,à mon avis ,ne peuvent/doivent etre rattrapées parce que touchant à des choix souverains de nos concurrents ( et qui ,s'ils etaient compensés poserait la social democratie occidentale comme seul référent philosophique)
Mais il y heureusement des pistes pour organiser des reelles pratiques environnementales ,elles sont connues.
La hierarchie pour reduire les inegalites face à la transition energetique doit etre posée volontairement :
1. etudier les solutions pour consommer moins, ce qui est largement possible....(alimentaires, connectivite, duree de vie, reparation des objets, etc)....
2. investir massivement dans les technologies vertes .
3. Compenser financierement le choc de cette transition pour les plus faibles ,
L’energie et la pollution doivent devenir des produis tres cher afin de modifier tres vite les comportements.
Un cheque energie correspondant à une consommation basique pourrait etre distribuee à chaque français en contrepartie d’une augmentation violente du prix de l’energie ; ce serait garantir une mobilite possible pour les plus faibles ,sachant que les riches ,qui consomment plus, seraient ainsi plus mis à contribution.
En conséquence la question serait plutot : quelles actions publiques sociales peut t'on financer quand on a fini de payer les consequences inevitables de la transition energetique ?
Inscription de l’urgence ecologique dans la constitution
Choc financier au profit de l’environnement : energie et dechets chers, « vente » de toutes les ressources non renouvelables
Mise en evidence de la « charge environnementale » de tous les produits
Compensation financiere generale mais decroissante dans le temps

Répondre à ce message