Faire société

Nous Citoyens réaffirme son attachement aux valeurs universelles de l’humanité inscrites dans les grands textes fondateurs du droit, et incarnées dans le principe de notre mouvement : restaurer la prospérité pour retisser les solidarités entre les personnes.

A l’individu, supposé maître de son existence, depuis les débuts de la vie jusqu’à la mort, confiant dans ses seules performances et liant son bonheur à l’accumulation de richesses, nous opposons la personne : reliée à ses semblables, elle déploie sa liberté dans l’interdépendance, assume ses compétences comme ses fragilités, et s’épanouit dans une organisation sociale fondée sur la conscience, la bienveillance et l’initiative. Par ailleurs, la famille, malgré ses limites et ses imperfections, reste le premier lieu où se tissent les liens entre les personnes et où se construit la confiance. Et la politique familiale universelle est un socle essentiel de la société française que tous les gouvernements de la Ve République ont entretenu et préservé. Distincte de la politique sociale, elle reconnaît le service que rendent les parents à la communauté nationale en éduquant leurs enfants.

Le mouvement Nous Citoyens considère que la priorité pour notre pays est de rassembler les Français autour de réformes réconciliant la responsabilité et la solidarité. Il s’est fixé comme premier objectif de redonner espoir par l’amélioration de l’accès au travail, en redonnant le goût d’entreprendre, tout en veillant de manière prioritaire aux personnes les plus vulnérables. Par une démarche fondée sur la consultation des citoyens et la « conversation démocratique », et grâce à une réforme institutionnelle offrant une représentativité moins dépendante des partis, il veut mettre en évidence la complexité des enjeux et fonder patiemment des consensus, à l’opposé de la méthode adoptée par le gouvernement actuel, en particulier sur la question du « mariage pour tous ».