Malgré des apports majeurs qui ont largement contribué à la modernisation de notre pays et une histoire singulière qui a vu des peuples rivaux s’unir pour construire ensemble une communauté, le projet européen patine.

L’Europe, c’est « loin » et « compliqué » pour une majorité de citoyens. Sa construction est largement inachevée et des erreurs ont été commises, mais ce sont principalement les responsables politiques nationaux qui sont en cause. Ce sont eux qui depuis plusieurs années font la politique européenne (plus que la Commission et Parlement européen), mais paradoxalement, ce sont aussi eux qui ont fait de l’Europe le bouc émissaire de tous nos maux. Or, dans un monde globalisé, l’échelon national n’est plus adapté pour affronter certains des grands défis qui se présentent à nous.

L’Europe est indispensable pour orienter le capitalisme au service de la société, pour relever les défis du changement climatique et du développement durable et pour mieux gérer les flux migratoires. C’est également une source d’économies importantes si on sait mutualiser certains services liés, par exemple, à la diplomatie ou à la sécurité.

Face aux nationalistes qui jouent sur la peur de l’autre, le repli sur soi et la fermeture des frontières, nous prônons une Europe plus démocratique. Une Europe dans laquelle les citoyens français ont confiance, une Europe plus intégrée économiquement, une Europe ambitieuse qui porte notre voix dans le monde, une Europe du progrès qui soit notre avenir.

NB : Ce texte n’est qu’une brève présentation de nos orientations sur ce sujet. Pour en savoir plus sur nos positions sur l’Europe, rendez-vous sur notre page consacrée aux Européennes 2014.

>> Télécharger l’intégralité de notre programme pour les élections européennes <<